Il y a souvent des expertises qui fonctionnent bien

De nombreuses expertises débouchent sur un résultat positif. Nous pouvons piocher des exemples tirés de nos diverses expériences avec bien sûr la limite de notre obligation de confidentialité. Les experts CHSCT se posent tous et depuis longtemps la question de savoir « qu’est-ce qu’une expertise qui fonctionne bien ? ». Nous avons déjà apporté plusieurs réponses :

  • certaines expertises font l’objet d’une appropriation par l’employeur et les représentants du personnel. Il en ressort des conséquences pratiques de l’expertise: adaptations des règles de fonctionnement de l’entreprise, accord d’entreprise, créations de structures nouvelles (groupes de parole par exemple). L’expertise peut et doit servir à faire évoluer les pratiques. De nombreux cabinets développent d’ailleurs des pratiques d’expertise adaptées : intégration de la direction dans la réflexion, créations de groupe de travail,…
  • un travail pédagogique et de connaissance. Si elle ne débouche pas sur une conséquence pratique et tangible, une expertise a tout de même vocation (et c’est issu de l’agrément) à faire progresser la connaissance des représentants du personnel sur les con ditions de travail dans leur entreprise et les possibilités de prévention. Notre objectif est également de développer l’autonomie des représentants du personnel (c’est d’ailleurs une des dimensions de l’agrément ministériel). L’expertise permet donc de faire progresser les connaissances pratiques et adaptées à une situation donnée de « risque » ou de « projet », contrairement à la formation (une base mais beaucoup moins d’adaptation à la réalité du terrain).
  • Une mission de veille et d’alerte: Les représentants des salariés sont fréquemment confrontés à des nouveautés en matière d’organisation du travail, de management, d’application de réglementation, de techniques de production… il est fréquent que des expertises CHSCT soient diligentées sur des sujets encore peu étudié par les institutions de prévention. On peut citer en leur temps : la diffusion rapide et massive des ERP dans les années 90-2000, les 2X12 à l’hôpital, la question de critères de valeur lors des entretiens d’évaluations…. Sur ces sujets, l’expertise CHSCT a joué un rôle de défrichage voire d’alerte sur les conséquences en termes de santé au travail

 

présentation
déontologie
annuaire
adhérer
espace adhérents
contact